Salama Marine, 06.11.2015

Est-il plus difficile de trouver l’amour en ville ou en banlieue ?

Le site de rencontres québécois EliteSingles a interrogé 231 célibataires vivant au Québec afin de connaître leur point de vue sur la question suivante : est-il plus difficile de trouver l’amour en ville ou en région ?

Selon 63 % des célibataires interrogés, trouver l’amour en région est bien plus compliqué qu’en ville.

Pour l’expliquer, ils avancent trois raisons principales :

- les occasions de faire des rencontres sont plus faibles en région (59 %),

- l’entourage peut se retrouver très vite au courant du moindre rendez-vous (22 %),

- le fait de rester et sortir avec le même cercle d’amis diminue les chances d’y faire des rencontres (18 %).

Malgré tout, trouver l’amour en ville est loin d’être évident. En effet, 45 % des sondés considèrent qu’avec l’ère des sites et applications de rencontres, les célibataires ne font plus connaissance de la même façon. Pour 42 % des personnes interrogées, les célibataires vivant en ville ne cherchent pas de relation sérieuse et préfèrent multiplier les rencontres. Cette difficulté à s’impliquer dans une relation sérieuse s’expliquerait, selon 13 % d’entre eux, par le manque de temps.

Les Québécois restent optimistes

Les chances de faire une rencontre qui correspond à ses attentes sont plus grandes en ville car il y a plus de célibataires, expliquent 54 % des sondés. Il est donc logiquement plus facile de rencontrer des personnes différentes de soi ou venant d’un autre milieu  (21 %). Enfin, ne pas croiser son ex tous les jours est aussi un avantage pour 5 % de nos sondés.

Quant à ceux vivant en région, 42 % évoquent le fait qu’il est plus facile de faire confiance car les rencontres se font le plus souvent grâce à des amis. 28 % expliquent aussi que les célibataires ont davantage envie de s’investir dans une relation de couple tentations y sont moins importantes. 15 % d’entre eux expriment même l’idée qu’il y a moins de compétition, ce qui augmenterait leurs chances de trouver l’amour. Enfin, 15 % disent qu’en région, les relations deviennent sérieuses plus rapidement et facilement. 

Notre psychologue, Salama Marine, commente :

On a tendance à penser qu’il est plus difficile de trouver l’amour en ville qu’en région, car la multitude choix n’inciterait pas les célibataires vivant en ville à s’engager.  Mais il s’avère que cette impression est plutôt un signe de notre temps. En effet, ce sont les célibataires dans leur ensemble, qu’ils vivent en ville ou en région, qui ont changé leur mode d’approche des relations amoureuses. De nos jours, l’amour devient un objet de consommation comme un autre – Zygmunt Bauman parlait en 2004 de « l’amour liquide » – la société dans laquelle nous vivons nous appelle à consommer toujours plus et donc à jeter dès que l’occasion s’en présente. Ainsi, le sociologue fait le parallèle avec l’amour en expliquant que nous n’hésitons plus à « jeter un partenaire » dès qu’une meilleure opportunité se présente. L’engagement amoureux serait donc de plus en plus difficile, que ce soit en ville ou en région. »